Over World

Cinéma Séries Pop-Culture avec une pointe de mauvaise foi

Culture Pop

Power Rangers : Une ode à la diversité et au multiculturalisme

L'équipe originelle de Power Rangers avec de gauche à droite : Amy Jo Johnson, Thuy Trang, Austin St. John, Walter Emanuel Jones et David Yost

Suis-je un fan de Power Rangers ? Naturellement, cela ne fait aucun doute.  Depuis que j’ai lancé ce blog, j’ai écrit déjà 2 articles à propos des Power Rangers. La licence de Saban, qui est maintenant dans les mains d’Hasbro, est loin de m’être totalement inconnue. J’ai grandi Power Rangers, j’ai vécu Power Rangers, j’ai mangé Power Rangers. Je crois qu’avec Pokémon, Power Rangers est l’autre grand pan de mon enfance.

Mais c’est quoi les Power Rangers ?

Déjà, vraiment ? Tu connais pas ? Mais soit. Les Power Rangers sont l’adaptation américaine des Super Sentai. Il s’agit d’un groupe de héros qui combattent les forces du mal. C’est aussi simple que cela. Nous avons un groupe de 5-6 personnes portant chacune une couleur bien spécifique et des gros robots méga cool. Ce qui permet ensuite de bien vendre les jouets derrière. Voilà ce qu’est Power Rangers pour une partie des gens.

Mais voilà, bien que je pourrais être d’accord sur certains points, Power Rangers représente bien plus que ça, à mon égard mais aux yeux de tous ceux qui ont grandi avec eux. Il a peut-être été difficile de s’en rendre compte à l’époque, mais de nos jours cela me saute d’autant plus aux yeux.

power rangers dino charge

Power Rangers Dino Charge (2015/2016)

Power Rangers était en avant-garde dans la diversité ethnique et raciale face à ce que l’on pouvait proposer sur d’autres programmes à l’époque, voire aujourd’hui encore. C’est une chose que j’ai remarquée, il y a de ça un moment. J’ai voulu en parler car je prends toujours plaisir à parler Power Rangers, mais aussi pour ce qui est de l’objectif d’un blog, c’est-à-dire partager nos opinions et en débattre.

Power Rangers : Dès 1993 une équipe multicolore et multiculturelle

Dès sa première saison, Haim Saban, le producteur de la franchise aux Etats-Unis, bouscule l’ordre établi et apporte une équipe de différentes origines raciales et culturelles. Alors qu’aujourd’hui, j’ai l’impression que certains studios sont engagés dans la course à celui qui proposera le plus de diversité tant sur le genre que sur la couleur de peau.

Je me suis demandé quelle était la nécessité pour la franchise de proposer une telle diversité. La réponse qui m’est venue à l’esprit est Haim Saban. Le producteur de la franchise est, ce que l’on peut appeler, une personne cosmopolite. Haim Saban naquit en Egypte puis partit pour Israel. Il fut déchu de la nationalité égyptienne puis il résida en France pendant plusieurs années. Durant son séjour en France, il composera certains génériques de séries comme Goldorak ou Dallas. Puis il partira pour Los Angeles où il apportera moult franchises japonaises dont celle qui le fera riche: Power Rangers. Et c’est pour moi la raison ou une des raisons pour laquelle la diversité est au coeur de la franchise. C’est que son producteur est lui-même le fruit de cette diversité et de l’acceptation de la différence des autres.

Haim Saban

Haim Saban devant un PLV pour le film Power Rangers (2017)

Seulement on semble avoir oublié que  l’équipe originelle embrassait ce principe sans que l’on sente que ça soit forcé. Car en retirant de l’équation les personnages de Tommy, Jason et Billy qui sont l’archétype du héros caucasien, bien que Billy mettait en avant la communauté nerd de l’époque à sa manière. Plus personne ne porte de salopette, non ? Et encore, Jason, interprété par Austin St. John, est le fils d’un militaire, sa famille voyagea à travers le monde pendant un très long moment. Le reste de l’équipe est quand à lui très diversifié. Kimberly, femme caucasienne, bien qu’à certains moments elle ne serve que de faire-valoir ou love interest pour Tommy le ranger vert. Kimberly, interprétée par Amy Jo Johnson, se posait déjà en tant que femme forte malgré certains stéréotypes de l’époque.

Ensuite nous avons Zack, Power Rangers afro-américain et Trini, personnage asiatique. Il est à noter que le fait que Trini soit le ranger jaune et soit asiatique ne fut, à l’époque, qu’une coïncidence. De plus, les scènes de combat sont celles de la version japonaise. Si vous regardez de plus près, vous y verrez que seule la ranger rose porte une jupe, pour indiquer que c’est une femme, au moins on s’évite les boobs armor. En effet, le ranger jaune était un homme dans la version japonaise.

Mais cela a fait un couac à l’époque et depuis, plus aucun acteur noir n’a enfilé le costume noir et aucun acteur asiatique n’a enfilé le costume jaune. (RECTIFICATION : Un lecteur m’a informé dans les commentaires que le rangeur noir avait de nouveau été joué par un acteur noir dans Power Rangers Operation Overdrive.)

J’ai récemment regardé quelques épisodes de la première saison, c’est un secret, vous le gardez pour vous hein ? J’ai 27 ans quand même. Et à aucun moment, la série n’a fait de référence à l’origine ethnique de l’un des personnages ou même à son sexe.

power rangers ninja steel

Power Rangers Ninja Steel (2017 – en cours)

Après plus de 20 ans, la franchise donne toujours l’exemple

Lorsqu’on regarde les autres saisons de Power Rangers, on s’aperçoit que la première saison n’était pas qu’un coup d’essai. Les autres saisons mettent en avant cette diversité ethnique et culturelle. Car depuis plus de 20 ans la franchise la met en avant sous toutes ses coutures.

Et c’est une prouesse qui, selon moi, n’est que très peu reconnue. On ne voit que Power Rangers que sous son côté de série B pour enfants. Par exemple, lors du passage de la franchise à Power Rangers Turbo, Tommy Oliver, joué par Jason David Frank, homme caucasien, donna la responsabilité de l’équipe à T J Johnson, personnage noir. Ce fut le premier personnage noir à se retrouver à la tête de l’équipe. Et des exemples comme celui-ci pullulent dans la franchise de Power Rangers. Je me souviens quand j’étais gamin, je m’identifiais plus à Zack le Power Rangers noir, dans les deux sens, qu’à n’importe quel autre personnage.

Power Rangers Turbo

Power Rangers Turbo (1997/1998)

Mais également, il n’est jamais question de racisme par qui que ce soit. Les aliens sont traités comme des personnages normaux. Alors oui, vous trouverez certainement un personnage parlant d’un alien pour dire qu’il a une apparence répugnante, mais en aucun cas, un personnage se fera rejeter parce qu’il fait partie de telle ou telle race d’alien.

Les messages sont présents, il ne faut pas juger les personnes sur leur race ou leur identité physique. Car même l’acceptation de personnes handicapées fut également abordée. Et c’est pour tout ce que j’ai avancé que je suis admiratif devant la franchise. Je pense qu’elle inculque aux enfants un recul sur les personnes. Power Rangers est une ode à la diversité et à l’acceptation de la différence.

Cet article est dédié à Thuy Trang.

2 Comments

  1. Dridri

    Article vraiment sympa ! Content de voir Power Rangers associé à autre chose que « enfantin », « mal fait », « plagiat », « violence » …
    Petite correction, il y a eu un ranger noir interprété par un acteur noir ou métisse, en plus Zack (Walter E. Jones). Will le ranger noir de Power Rangers Operation Overdrive, joué par Samuell Benta.
    En tout cas, super bouleau !

    • admin

      Bonjour, merci pour ton commentaire ! J’ai rectifié l’article avec ton info, j’ai du passé à coté. Je suis un fan de Power Rangers et je voulais vraiment partager mon point de vue pour montrer la franchise sous un autre oeil. 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :