• Film : Blade Runner 2049
  • Réalisé par : Denis Villeneuve
  • Produit par : Alcon Entertainment Columbia Pictures Scott Free Productions Torridon Films 16:14 Entertainment Thunderbird Entertainment
  • Distributeur : Warner Bros. Pictures
  • Genre : Science-Fiction
  • Avec : Ryan Gosling (Officier K du LAPD/Joe), Harrison Ford (Rick Deckard), Ana de Armas (Joi), Robin Wright (Lieutenant Joshi), Jared Leto (Neander Wallace).

Synopsis Blade Runner 2049 : À Los Angeles, en 2049, l’officier K du LAPD, un Réplicant de nouvelle génération et blade runner, traque des Réplicants ayant participé à une révolte quelques années auparavant. Au cours de son enquête, il va découvrir un secret qui l’oriente vers Rick Deckard, ancien blade runner disparu depuis trente ans.


C’est un peu difficile de critiquer des films comme Blade Runner 2049 après que les critiques aient fait exploser le score sur Rotten Tomatoes. Car c’est là où je me demande de quoi je vais parler dans cet article. Parce que très clairement, la branlette intellectuelle ne m’intéresse pas du tout. Je ne vois pas l’intérêt de vouloir répéter les énièmes qualités du film ou même les énièmes choses qui ont été dites à son sujet.

Est-ce que je dois parler des sushis que j’ai mangés avant le film ? Mais que l’attente pour être servi était si interminable que mes amis et moi avons dû manger les 30 pièces rapidement afin de ne pas être en retard ? Non. Il est vrai que c’est assez compliqué d’être original dans sa façon de parler d’un film qui provoque la quasi unanimité.

Donc c’est pour cela que je vais parler de ma vision du film. Ces mots ressemblent à la volonté d’en faire une critique et c’est le cas. Mais je ne vais pas m’attarder sur les aspects techniques du film de par sa réalisation, son scénario, sa photographie ou encore ses acteurs. Car dans tous ces éléments-là, le film, selon moi, est un chef d’oeuvre.

br-cc-7645

Je vais m’attarder sur l’impact que le film peut avoir selon moi. Mais revenons à la genèse du premier Blade Runner. Je vous avoue que je connaissais le film de nom, j’en connaissais sa notoriété et son impact d’un point cinématographique, mais je ne l’avais jamais vu jusqu’à il y a 1 mois. J’ai donc découvert Blade Runner (Version Extended Cut, celle où Bill Adama pose des origamis partout par terre) par « obligation » en quelque sorte. Mais également, je l’ai découvert par nécessité cinématographique. Je suis sorti du visionnage disons un peu mitigé. Non pas parce que je n’avais pas aimé, mais parce que je ne m’attendais pas à ce type de film. Ceci dit je n’ai vraiment pas boudé mon plaisir et. J’étais fin prêt pour voir Blade Runner 2049.

Une leçon de cinéma plus qu’un métrage ?

C’est sûrement la première question que je me suis posée à la sortie de la salle de cinéma. Est-ce que j’y ai vu un métrage ou une leçon de cinéma de 2H45? Je répondrais que j’y ai vu les deux. Car d’une part, j’aime les films longs et je n’ai pas été déçu. Je pense qu’il est possible que l’on parle de Blade Runner 2049 comme on parle de Mad Max Fury Road aujourd’hui. Car je considère, après le visionnage du métrage de Villeneuve, les deux films comme des licornes des remakes / reboots.

A l’heure où on veut nous inonder de reboots et références aux années 80-90, nous pouvons avoir le pire du pire comme avec Ghostbusters cette année. Mais nous pouvons aussi avoir des productions bien pensées telles que Stranger Things. J’attends également le prochain film de Steven Spielberg, Ready Player One, qui risque d’être une jolie bombe rétro.

Blade-Runner-2049-Reveals-If-Deckard-Is-Replicant

Mais en tout cas, le film risque de ne pas passer à la trappe pour les aficionados de cinéma. Il est tout une question de cinéma dans son traitement du sujet. Et il risque d’être décortiqué encore pendant plusieurs années.

Pour terminer, je dirais que si vous hésitez à voir le film au cinéma, il ne faut pas plus hésiter que ça. L’expérience fut vraiment grandiose.

Blade Runner 2049 et Mad Max : Fury Road des licornes des remakes / reboots

Il était temps de conclure car comme je l’ai indiqué, je ne vais pas m’attarder plus que ça sur le film. J’ai aimé le film pour tout ce qu’il proposait et je ne pense pas que mon avis va grandement différer de l’avis général. Je dirai simplement que je commence à apprécier de plus en plus Ryan Gosling. Car avant, je n’y voyais que l’acteur à la jolie gueule et qui ne faisait des films que parce qu’il faisait crier les jeunes filles. Après avoir vu La La Land, Ryan Gosling se présente comme un acteur de très bonne facture.

blade2

Blade Runner 2049 est une très bonne suite au premier volet. J’ai fait l’article parce que je pense pouvoir apporter ma touche personnelle sur le film de façon originale. La suite de Ridley Scott est donc une réussite haut la main et montrera, j’espère, aux majors comment il est possible de ressortir un vestige du passé tout en le modernisant de façon intelligente.