Cela devient donc une coutume, du moins pour les 2 ou 3 prochaines années, mais la messe cinématographique de décembre sera menée par la franchise Star Wars. Sauf en 2018, y’a Aquaman qui se préoccupe de Han Solo. J’émets quelques doutes sur la durée de cet effet de mode. Car oui, bien que la franchise Star Wars soit dans la hype ces dernières années, j’ai du mal à croire à la longévité de celle-ci. 

Autant entrer dans le vif du sujet au lieu de se pourfendre en introduction bien trop longue et formelle, donc comme l’indique le titre de cet article, je me demande si Disney va arrêter de recycler notre nostalgie pour enfin nous proposer du neuf dans cet univers ultra riche et qui ne demande qu’à exploser. Car comme nous pouvons le voir, les deux derniers films et les autres qui sont en production, pour l’instant, ne sont tournés que pour faire revivre ce qu’appellent les pseudo fans « l’original Star Wars ». Et c’est bien ça mon problème. J’ai bien aimé Rogue One, sans aucun doute, vous pouvez retrouver ma critique ici. Seulement, Rogue One avait le même but que The Force Awakens.

Ces deux films n’étaient présents simplement que pour toucher l’ultra fan de la saga originale, grâce au retour de personnages iconiques et autres vestiges de l’ancienne république.

Pour tout vous dire, j’avais mis en attente cet article car manque de temps de mon côté et l’inspiration n’était pas présente. Mais plus nous avançons vers la sortie de l’épisode VIII, plus nous avons à faire à cette culture de la nostalgie simplement avec les campagnes de communication qui commencent à s’intensifier.

Seulement, j’aurais certainement dû voir venir cette culture de la nostalgie bien plus tôt que prévu. Car la brève apparition de Mark Hamill dans le remake de l’épisode 4 n’était là que pour diluer le plus longtemps possible cette dose de nostalgie et ainsi s’assurer une base de fans qui veulent revoir du “vrai Star Wars”. Car c’est bien ceux-là qui iront vanter auprès des non initiés la « vraie valeur » de cette trilogie originale.

Si vous avez fait un tour sur mon blog, vous devez penser que je cumule les pensées controversées sur le cinéma en aimant Zack Snyder, en crachant sur Star Wars 7 et surtout en aimant Zack Snyder. Mais ça ne va pas s’arrêter car mon épisode préféré est La Revanche des Sith.

J’ai toujours plus apprécié les combats de sabres laser dynamiques plutôt que les combats de cannes par deux papis qu’on pouvait avoir dans l’épisode 4, celui sorti en 1977, pas celui sorti en 2015, hein ? Mais également, toute la dimension politique qu’avait prise la prélogie. Enfin, ceci étant dit, je n’enlève aucun crédit aux épisodes 4, 5 et 6. A l’époque, avec leur ami Steven Spielberg, ils ont su poser les bases de ce que seront les blockbusters et développer des nouvelles techniques qui servent encore. J’ai beau me moquer, ces films resteront dans ma liste des meilleurs films, je vous rassure.

Les derniers films étaient ceux de la prélogie, nous sommes dans une période du cinéma où la nostalgie des blockbusters des années 80/90 n’a jamais été autant présente.

Alors que tout le monde crache encore sur George Lucas pour cette prélogie, j’ai l’impression que les gens ont tendance à oublier que Star Wars n’existerait pas sans lui. Je trouve que la reconnaissance envers, selon moi, la plus grande saga cinématographique de science-fiction, n’est pas très répandue chez les fans. Et je trouve cela assez dégueulasse de leur part. Lucas a confié durant une interview que la haine reçue des fans l’avait poussé à vendre Lucasfilm.

Peut-être que certains films de cette prélogie n’ont pas eu la hauteur qui leur était destinée, ou peut-être que l’attente était trop grande, ou encore que la vision d’un réalisateur dérangeait bien trop le spectateur. Car c’est bien cela pour moi le « problème » avec cette prélogie, qui me permet de faire le lien avec mon article. Les gens s’attendaient à tout prix à retrouver l’esprit des premiers Star Wars mais il n’en a été rien. Et faute de se sentir trahis, les fans ont exprimé leur mécontentement par leur haine.

Mais je me fais l’avocat du diable dans cet article. Car je peux comprendre la volonté ou facilité de reprendre ce qui a fait le succès de la saga originelle. Soyons sérieux, toutes les cartes étaient sur la table pour que Disney ne fasse que réussir son coup au box office. Les derniers films étaient ceux de la prélogie, nous sommes dans une période du cinéma où la nostalgie des blockbusters des années 80/90 n’a jamais été autant présente.

Lorsqu’on regarde ce qui a été fait dans les dernières années, c’est tellement évident. Donc pourquoi Disney se serait-il donné du mal à vouloir partir de quelque chose totalement neuf ? Alors qu’ils n’avaient qu’à se servir parmi les acteurs des premiers films ?

Mais ceci étant dit, le futur de Star Wars sous la houlette de Disney ne s’annonce vraiment pas brillant pour moi. Ou en tout cas, il ne sera pas placé sous le joug du renouveau. Car avec un deuxième spin-off centré sur cette époque de la trilogie originelle, Disney ne fait que montrer qu’il en a pas beaucoup dans le pantalon et préfère s’appuyer sur de la nostalgie au lieu de prendre des risques comme a pu le faire George Lucas à la fin des années 90.

C’est une question ouverte que je pose car bien évidemment, je n’ai pas la réponse. J’imagine que seules les têtes pensantes de Disney ont cette réponse car malheureusement Kathleen Kennedy n’est plus qu’une employée de Disney. J’ai bien peur de ce que va nous réserver Mickey pour la suite.

Lorsque je regarde le chemin que prend cette franchise Star Wars, je n’ai toujours qu’une seule question qui me vient à l’esprit : qu’as-tu fait George ? Mais comme je l’ai indiqué plus haut dans cet article, la vente de Lucasfilm est la preuve que la création dépasse souvent son créateur. Et que la création ne lui appartient plus mais appartient aux fans.