Première rubrique « Ça se regarde ? » sur mon blog. Ce tag sera consacré uniquement aux nouvelles séries. Je parlerai bien entendu de nouvelles séries qui m’intéressent. Nous commençons avec Powerless.

Humour à la The Office & univers super-héroïque , un pari qui semblait intéressant

Pour revenir au tout début du projet, le showrunner de la série nous proposait quelque chose d’assez intéressant. On nous avait parlé d’une série à la The Office se déroulant dans l’univers de DC Comics. L’entreprise serait une compagnie d’assurances.

Mais malheureusement la maladie du « différend créatif » est passée par là. C’est alors que nous avons appris en août 2016 que Ben Queen quittait la série. À la lecture de cette annonce, j’ai senti que l’avenir de la série ne se déroulerait pas comme beaucoup de fans l’auraient voulu.

Et le résultat, nous l’avons après ce premier épisode. Je n’ai pas rigolé une seule fois lors de ces 20 minutes. En fait, les deux premières minutes sont significatives de ce que sera tout l’épisode : un enchaînement de blagues qui tombent à plat, du fan service qui ferait passer Star Wars 7 pour un clin d’oeil et les effets spéciaux des premières saisons de Stargate (je rappelle que la série est sur NBC).

Alors la série est super décevante car on enchaîne les clichés humoristiques qui ne font plus mouche depuis au moins 10 ans. On arrive même à avoir le Noir en rigolo de service. C’est vraiment aberrant et on sent que la série a subi de nombreuses réécritures. Les personnages sont tous consternants.

Le personnage de Vanessa Hudgens sera de loin celui qui arrive à avoir un peu d’originalité et à être attachant. La série va droit dans le mur et c’est vraiment dommage. On doit nous répéter au moins une vingtaine de fois le nom de Bruce Wayne, si bien que ça en devient indigeste.

J’ai regardé ce premier épisode et je pense que je ne m’infligerai pas le second épisode. Je me suis même trouvé mal à l’aise pour les acteurs qui jouaient. Mais je pense que certains des acteurs présents dans la série vont se servir de cette production comme tremplin et faire un peu parler d’eux, en mal j’en ai bien peur.

Bon. Pas besoin de continuer plus que ça, je suis vraiment déçu du résultat. J’imaginais vraiment une série à la The Office où le personnel est face caméra. Parce qu’à défaut de ne pas vouloir copier, la série se retrouve à faire n’importe quoi. J’espère que ce désastre fera comprendre à certains producteurs que lorsqu’une idée semble prometteuse, il vaut mieux la laisser se développer au lieu de vouloir capitaliser au maximum sur la licence qu’ils sont en train d’utiliser. Powerless est donc à l’image de son titre, une série sans pouvoir.

Alors la question, ça se regarde ? LMAO, non.