Over World

Cinéma Séries Pop-Culture avec une pointe de mauvaise foi

Cinéma, Critique

Premier Contact (Arrival) par Denis Villeneuve : 1H56 de science-fiction Intimiste, Captivante et Profonde


  • Réalisé par : Denis Villeneuve
  • Produit par : FilmNation Entertainment, 21 Laps Entertainment, Lava Bear Films
  • Distributeur : Paramount Pictures (États-Unis), Sony Pictures Releasing France (France)
  • Genre : Science-Fiction
  • Avec : Amy Adams (Louise Banks), Jeremy Renner (Ian Donnelly) & Forest Whitaker (Colonel Weber)

Synopsis : Douze mystérieux vaisseaux extraterrestres apparaissent subitement dans l’atmosphère terrestre, stationnés à quelques mètres au-dessus du sol. L’armée américaine les surnomme « coques » à cause de leur forme singulière. Les buts des extraterrestres et le choix des sites échappant à toute logique humaine, l’experte en linguistique comparée Louise Banks (jouée par Amy Adams) est recrutée par l’armée pour établir le contact et, surtout, connaître leurs buts. (Wikipedia)


Si on m’avait demandé, il y a encore quelques mois « Tu vas voir Premier Contact ? ». J’aurai très certainement répondu d’une expression faciale indiquant que je ne sais pas du tout de quoi vous me parlez. Mais mon amour du cinéma et la Science Fiction en particulier ont été stimulés en cette fin d’année avec la sortie de Rogue One, dont vous pouvez retrouver ma critique.

J’ai regardé alors les films de SF sortant en cette fin d’année et deux choix se sont proposés à moi : Premier Contact (Arrival) ou Passengers. Je me suis donc intéressé à ces deux films et mon choix a été très vite fait. D’un coté devoir subir un film de SF générique avec les deux acteurs les plus mainstreams du moment à savoir Jennifer Lawrence et Chris Pratt. L’intérêt des producteurs étant clairement de capitaliser sur l’image populaire des deux acteurs. Ou alors faire le choix d’un film qui proposait un long métrage d’une toute autre facture avec Denis Villeneuve derrière la caméra et un duo d’acteur pour le moins original : Amy Adams et Jeremy Renner. Et l’alchimie des deux acteurs s’est très bien retranscrite à l’écran.

Dès le début Premier Contact instaure son ambiance et montre clairement qu’il portera une réalisation intimiste et minimaliste. Même si nous nous concentrons sur l’équipe de Louise Banks, film américain oblige. Le film fait l’effort de nous montrer un réel travail d’équipe entre 12 pays différents à travers le monde. Car là où bien des films se sauraient contenter de ne proposer une vision américaine, nous avons droit à une vision mondiale. Mais cet effort commun va être mis à mal par l’orgueil de l’être humain. Le réalisateur nous montrera que même lors de l’apogée de son histoire avec une rencontre du troisième type. Nous ne pourrions pas communiquer main dans la main et de façon unanime.

Car c’est bel et bien un des messages de Premier Contact. Le film porte sur un de nos problèmes actuels, c’est à dire le manque de communication entre les nations de notre planète. Cette métaphore sur notre société et l’atmosphère actuelle de notre monde sont très bien démontrées dans le film. Alors que les 12 services sont entrain de communiquer entre eux. Les chinois et les russes, il me semble, ne cherchent pas à jouer franc jeu avec le reste des équipes et cachent des informations. Et ils ne tardent pas à couper court à l’effort commun. Avoir pris les russes et les chinois pour montrer le manque de communication est un beau reflet de ce que nous avons aujourd’hui. Ainsi la méfiance s’installe entre les différents bureaux et les militaires américains décident à leur tour d’isoler leurs équipes.

Une réalisation millimétrée

Le métrage de Villeneuve est du cinéma et non du divertissement. Sa réalisation se porte sur plusieurs niveaux et on enchaîne les références cinématographiques, comme par exemple 2001 l’odyssée de l’espace. Nous avons tout un jeu avec le son. Je ne parle pas de musique mais bien des sons ambiants du film. Le réalisation nous montre vraiment qu’il a tout autant travaillé le son que l’image dans son montage. Pour vous donner un exemple, les rencontres entre Louise, Ian et les extra-terrestres sont régulés par le son d’une alarme. Le film conditionne le spectateur via cette alarme.

Les plans intérieurs sont souvent des plans fixes ou c’est les personnages qui se déplacent dans le cadre. Ils sont également de plus en plus minimalistes et intimistes. Afin que le spectateur ressente l’évolution de la relation entre les deux scientifiques et les deux octopodes. L’ambiance dans le vaisseau est quelque peu oppressante à certains moments.

A l’inverse les plans en extérieur sont larges pour laisser le spectateur respirer. Jusqu’à que la prochaine alarme retentisse.

Amy Adams l’étoile d’hollywood qui monte

Un rapide mot sur le casting qui est à l’image du film : minimaliste. On retrouve dans les deux rôles principaux : Amy Adams et Jeremy Renner. L’année 2016 semble être une bonne année pour Amy Adams, après avoir joué dans l’excellent Batman V Superman (Oui), elle excelle dans son jeu d’actrice dans le film de Villeneuve. A l’heure où j’écris ces lignes, je n’ai pas encore vu Nocturnal Animals, mais ça ne saurait tarder. Et de l’autre côté, nous avons Jeremy Renner, dont je ne connais pas trop sa filmographie à part bien sur son sous rôle chez Marvel et quelques autres films. Son rôle de scientifique est assez plaisant et il ne tombe pas dans les clichés scientifiques classiques.

Premier Contact ne vous laissera pas sur votre fin. Là où on pourrait penser que le réalisateur fait des raccourcis scénaristiques. J’y vois plutôt un acte pour nous montrer que certains problèmes ne peuvent pas se résoudre au bout de seulement quelques jours. Je vois le film comme une poésie cinématographique d’avant garde.

Car au fond, ce que nous montre Premier Contact c’est que nous sommes très loin d’être préparé à une rencontre du troisième type. Du fait de notre problème de communication entre toutes nos nations mais également sur l’orgueil de chacun qui cherche simplement à vouloir prendre les décisions avant les autres au lieu de se concerter. Le film fait la part belle aussi en nous montrant les réactions du monde entier que cela soit dans la rue ou sur internet et cela en est très intelligent. Oui, cela reste de la fiction mais le film est une belle métaphore à notre monde actuel. Et vous, comment réagiriez vous ?

5 Comments

  1. Elsa

    C’est marrant parce que ce qui m’a le plus bouleversé dans le film, c’est la relation entre Louise et sa fille, et elle n’est pas mentionnée une seule fois dans ta critique. C’est peut-être un peu compliqué à expliquer, et surtout plein de spoilers, mais c’est vraiment la partie qui m’a fait pleurer (au début, et surtout à la fin…).
    Enfin même sans ça, le film reste magnifique, et une énorme surprise! ça part d’un scénario de SF assez bateau (l’arrivée d’extra-terrestres), et ça arrive à un bijou tant sur le plan visuel que sonore, et sur l’analyse des comportements humains. C’est sur que je le reverrai !

  2. Barbalapine

    Étant chercheuse de langues, ce qui m’a attiré et fasciné est l’hypothèse de Sapir-Whorf, qui est le concept central dans ce film.

    • Bonjour et merci pour ton commentaire. Malheureusement, je n’ai pas de compétences en langues et je n’ai pas pu voir l’hypothèse, peut être qu’ils en parlent dans le film mais je ne m’en souviens plus. En tout cas, c’est un film qui fait réfléchir sur les manières que nous pouvons avoir lorsque nous nous adressons à une personne qui n’est pas de notre nationalité ou qui ne vient pas du même continent et en l’occurence là dans le film, d’une autre planète.

      Nos moyens de communication et d’expression sont différents. Donc il est normal que chacun s’adapte à l’autre quand les deux personnes / entités ne se comprennent pas directement.

      • Barbalapine

        Bonjour, merci pour ta réponse.

        Par rapport au dernier point que tu as mentionné « nos moyens de communication et d’expression sont différents. », je pense que c’est la même raison qui provoque les malentendus entre le couple, même les deux personnes parlent la même langue. Mais au fur et à mesure que la relation développe et que l’on connaisse mieux l’autre personne, nous nous adapterons au même rythme, nous comprendrons le vrai sens du geste et des paroles de l’autre personne.

        • Pour continuer sur l’exemple du couple, même si les deux personnes parlent la même langue parfois il est difficile de se faire comprendre. Mais bon, comme tu dis c’est une question de temps pour trouver un équilibre entre les deux personnes.

          C’est de trouver cet équilibre qui permettra d’avoir une bonne harmonie. Mais dans tous les cas, je pense que même en parlant le même langage, de temps en temps la communication ne suffit pas.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :